T'en souviens-tu Godin ?

Colloque

Dans le cadre des événements entourant la célébration du 75e anniversaire de naissance de Gérald Godin, un colloque d’une demi-journée se tiendra au cégep le 15 novembre 2013. Spécialistes de la littérature québécoise et de l’histoire des idées politiques du Québec moderne se pencheront sur la vie et l’œuvre du député-poète.

 

Lise Gauvin, « Gérald Godin et le parti pris du joual »

Lise Gauvin_nbEssayiste, critique et nouvelliste, Lise Gauvin a publié plusieurs ouvrages consacrés à la littérature québécoise et aux littératures francophones. Ses récentes publications sont Parti pris littéraire (rédition, PUM, 2013), D’un monde l’autre. Tracées des littératures francophones (Mémoire d’encrier, 2013), Aventuriers et sédentaires. Parcours du roman québécois (Paris, Honoré Champion,2012). Également un collectif, Émile Ollivier : un destin exemplaire (Montréal, Mémoire d’encrier,2012). Après Langagement. L’écrivain et la langue au Québec (Boréal, 2000), son essai intitulé La Fabrique de la langue. De François Rabelais à Réjean Ducharme (Seuil, « Points-essais », 2004 et 2011) a reçu une Mention spéciale du jury du Grand Prix de la critique du PEN français.

Dans le domaine de la fiction, elle a publié un essai–fiction, Lettres d’une autre ou Comment peut-on être québécois(e) (TYPO, 6e édition 2007), des recueils de nouvelles, Fugitives (Boréal, 1992), Arrêts sur image (L’Instant même, 2003), des récits, À une enfant d’un autre siècle, Un automne à Paris (Leméac, 1997 et 2005) et un court roman, Quelques jours cet été-là (Punctum, 2007).Elle collabore au journal le Devoir à titre de responsable de la chronique des « Lettres francophones ». Elle a été Présidente de l’Académie des lettres du Québec en 2008 et 2009.

Pierre Nepveu, « Familiarités du poète Godin »

Pierre NepveuDans l’humour et la tendresse, la poésie de Godin fait entendre une voix familière, enracinée dans la vie quotidienne et la société des gens « ordinaires ». Quelles sont les ressources poétiques et les dimensions éthiques de cette poésie?

Pierre Nepveu est écrivain et professeur émérite en littérature de l’Université de Montréal, où il a enseigné jusqu’en 2009. Poète, romancier, essayiste, il a fait paraître en 2011 une biographie du poète Gaston Miron.

Gérard Fabre, « Godin, éditeur de Nègres blancs d’Amérique de Pierre Vallières »

GerardFabre

Chercheur titulaire au Centre national de la recherche scientifique (Institut Marcel Mauss, Paris), Gérard Fabre est spécialiste des relations culturelles entre la France et le Québec. Parmi ses publications, on peut retenir :

              • Échanges intellectuels entre la France et le Québec 1930-2000, Les Presses de l’Université Laval, 2004.
              • Le numéro de Sociologie et Sociétés, « Le Québec et l’internationalisation des sciences sociales », vol. XXXVII, n° 2, automne 2005.
  • Le dossier de Voix et Images, « Romanciers “français” au Québec, “canadiens” en France », n°108, printemps-été 2011.
  • Entre Québec et Canada : le dilemme des écrivains français, VLB Éditeur, 2012.
  • Le dossier de Recherches sociographiques, « Écrits de voyageurs européens sur le Québec », vol. LIV, n° 2, mai-août 2013.

Au sujet de Gérald Godin, il a publié les articles suivants :

  • « Les passerelles internationales de la maison d’édition Parti pris », Revue de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, n° 2, 2010, p. 6-17.
  • « Parti pris et Maspero », Bulletin d’histoire politique, vol. 19, n° 2, hiver 2011, p. 87-96.
  • « Le corps captif du poète. “Un jour” de Gérald Godin », Sociologie de l’art, Paris, nouvelle série, opus 19, 2012, p. 35-54.
  • « Gérald Godin : poète, éditeur et “prisonnier de guerre” », Spirale, n° 246, automne 2013, p. 35-37.

 

Jacques Pelletier, « Parti pris (1963-1968) : une grande aventure intellectuelle et politique »

Jacques PelletierJacques Pelletier est professeur associé au département d’études littéraires de l’UQAM et essayiste. Il a écrit plusieurs ouvrages sur la littérature québécoise et internationale et des livres polémiques sur des enjeux politiques et culturels qui traversent notre société, notamment la situation de la gauche québécoise et la question nationale. Sur le plan politique il a milité au RIN dans les années 1960, au Regroupement pour le socialisme (RPS) dans les années 1970 et 1980 et il est aujourd’hui membre de Québec solidaire (QS). Il fait partie des comités de rédaction des revues À Bâbord! et des Nouveaux Cahiers du socialisme. Il dirige les collections « Essais critiques » et « Interventions » chez Nota bene éditeurs.

Laurent Girouard, « La naissance de la maison d’édition Parti pris à l’intérieur de la revue »

Laurent GirouardNé quelques jours avant la déclaration de la Deuxième guerre mondiale à Saint-Antoine-sur-le-Richelieu. Fils de forgeron, j’ai survécu à une première épreuve maskoutaine en étirant sur neuf ans, durant La Grande Noirceur, un cours dit classique à l’époque.

J’ai participé ensuite à la fondation de la revue Parti Pris et toujours conservé ses espoirs utopiques de vivre dans un Québec indépendant, laïque et socialiste. J’ai fondé et dirigé Les Éditions Parti Pris durant ses six premières parutions (de La Ville inhumaine au Journal d’un hobo de Jean-Jules Richard). Enseignant dans la folle aventure des grandes écoles régionales des années 1960-1970, je suis devenu archéologue par inadvertance et pratiqué ce métier durant 40 ans. J’ai co-fondé la Société d’archéologie préhistorique du Québec en 1965. J’ai connu alors le Québec dans tous ses paysages et bourlingué un peu dans le vaste monde. Amérindianiste par la force des choses, j’ai participé à la fondation de la revue Recherches améridiennes au Québec en 1974. Ai, depuis ce temps, accompagné de près ou de loin les communautés amérindiennes dans leur difficile reconquête de leur dignité de premiers occupants du Québec.

Jean-Marc Piotte, « L’espoir d’un monde meilleur »

Jean-Marc PiotteMembre fondateur de la revue Parti pris, Jean-Marc Piotte a enseigné plus de trente-cinq ans au Département de science politique de l’UQAM, où il est maintenant professeur émérite. Il a publié de nombreux ouvrages, dont Démocratie des urnes et démocratie de la rue. Regard sur la société et la politique (Québec Amérique, 2013), Les Nouveaux Visages du nationalisme conservateur au Québec (avec Jean-Pierre Couture, Québec Amérique, 2012), Les neuf clés de la modernité (Québec Amérique, 2007), Les grand penseurs du monde occidental (Fides, 1997), Du combat au partenariat. Interventions critiques sur le syndicalisme québécois (Nota Bene, 1998) et La pensée politique de Gramsci (Éditions Parti pris, 1970; Lux, 2010).

Advertisements